Le bois de robinier

LE ROBINIER : BOIS DUR EUROPÉEN

Le robinier, Robinia-Pseudoacacia, est communément appelé « Robinier faux-acacia », il est de la famille des Fabaceae et sous-famille des Faboideae. Le robinier est originaire d’Amérique du Nord.
Le nom de ce genre a été dédié à Jean Robin, botaniste français, qui introduisit en France en 1601 le robinier faux-acacia. Des rejets des premiers exemplaires, vivent encore actuellement dans le 5e arrondissement de Paris dans le square Viviani et dans le Jardin des Plantes.
En Europe on le désigne souvent du nom vernaculaire « acacia » mais c’est un arbre bien différent de l’acacia classique que l’on ne trouve qu’en Afrique.

POURQUOI LE ROBINIER

Le bois exotique (souvent du Teck) est très utilisé en extérieur, notamment pour ses propriétés imputrescibles. Mais les inconvénients résultant de l’emploi des bois durs tropicaux sont bien connus dans la gestion anarchique des ressources.
Plus de la moitié du bois exotique (Teck) disponible à la vente sur le marché international proviendrait d’exploitations illégales de forêts birmanes.
La coupe de 1000 hectares de forêt tropicale met en péril 1500 variétés de plantes à fleurs, 750 espèces d’arbres, 400 espèces d’oiseaux et 150 espèces de papillons…
Le robinier, présent lui sur nos territoires, présente les mêmes caractéristiques que les bois exotiques, il a les mêmes qualités de résistance, de confort, est dur et imputrescible.

Il constitue ainsi une réelle alternative à l’utilisation des bois tropicaux les plus prisés.
Le robinier est un bois européen certifié FSC, il ne nécessite aucun traitement chimique grâce à ses composants fongicides et insectifuges propres.
Aucune substance toxique n’est utilisée pour lutter contre la pourriture et les champignons. Le robinier est un bois qui ne génère pas d’échardes.

UTILISATIONS

Le robinier peut atteindre une hauteur de 30 m. Il pousse rapidement : il atteint sa pleine croissance entre 30 et 40 ans.
Le bois de robinier, aujourd’hui issu de forêts « cultivées », n’était jusqu’alors réservé qu’à la confection de piquets de vignes.
Si le robinier est une essence encore assez mal connue, elle retrouve peu à peu ses lettres de noblesses et ses propriétés écologiques sont aussi de plus en plus reconnues. Elle est à présent utilisée de la même manière que le Teck pour réaliser des terrasses (utilisations intérieures et extérieures, du mobilier, clôtures, cloisons, clayonnages, cadres, fenêtres, portes etc…
Si cette essence n’a pas toujours été très estimée en sylviculture (les troncs ne sont souvent pas ronds, et fréquemment ils se courbent ou même se divisent) on peut aussi favorablement tirez parti des multiples courbures et nuances de ces arbres pour créer des structures ludiques (structures de jeu, mobilier…) ce qui rend chaque projet absolument unique.

ASPECTS TECHNIQUES

Le robinier est, avec une masse volumique de 770 kg/m3, pour une humidité de 12 à 15 % l’un des bois durs européens les plus denses. Le robinier, s’il est très dur et rigide présente aussi une haute élasticité : la charge de rupture se trouve considérablement au-dessus de celle du bois de chêne. De par sa rigidité, le robinier ne présente presque pas d’éclats.
Selon la norme DIN 68364 et le Vade-mecum du bois, le robinier est le seul bois dur européen en classe I pour sa dureté.
Le bois de robinier résiste très bien aux variations de températures et d’humidité de l’air. Il est très durable, une durabilité incomparable et surtout naturelle.

Pour partager